(89 Ko)

Connaître le Bando >  Définition du Thaing (Bando)

Stage de Lethwei "Boxe Birmane" Grand stage de Lethwei traditionnel le 4 octobre 2014 à Seyssins (38) encadré par maitre Nillar Win. Plus d'informations dans quelques jours... et la page sur facebook
U Hla Win grand maitre pour l'Europe Il était à Bercy pour le "Festival des Arts Martiaux" le 26 mars 2011 !
Voir l'article sur les Arts Martiaux du Myanmar (Birmanie) dans le Karaté Bushido de mars 2011, lire l'article

Stage Technique au Myanmar février 2015 Le prochain grand stage technique officiel de Thaing et de Lethwei au Myanmar sera organisé au mois de février 2015. Contactez nous pour plus de renseignements.

DEFINITION DU THAING (BANDO)

Texte et dessins : Alain DELMAS
Photo : Ludovic LAPIERRE

Le Thaing (Birmanie) :

       Aujourd'hui, le terme s'accorde à désigner les arts de combat birmans dont les origines dateraient de plus de 4500 ans. Ils descendent, d'une part, des techniques guerrières, prisent dans leur vocation primitive sur le champ de bataille, résultat d'une longue évolution historique et dont on a retenu les règles et les principes d'entraînement. D'autre part, il est le fruit de la réflexion de moines dans le besoin de se défendre et de s'entretenir physiquement, méthodes utilitaires devenant peu à peu des arts martiaux rituels (appelé aujourd'hui "Bando").

 



Origine

       D'un point de vue ethnique, il doit sa richesse technique aux peuplades dispersées dans des jungles épaisses, tels les Nungs et les Rawangs dont l'animal vénéré est le sanglier ; les Nagas, adorateurs du singe noir, du tigre et du sanglier ; les Marus adorateurs du tigre ; les Was et leur culte pour le cerf ; les Karens dont l'animal vénéré est le buffle ; les Shans, dont les techniques de combat sont influencées par les pratiques chinoises. Ces peuplades ont développé chacune leurs propres méthodes de combat, calquées très souvent sur le comportement animal. De nombreuses spécificités se retrouvent dans le « travail à mains nues » (Bando*) et dans le « maniement des armes » (Banshay*). Techniques réalistes, sobres et efficaces, elles conduisent à des pratiques ludiques, tel que la lutte birmane (Naban*) codifiée au 9ème siècle et la célèbre boxe birmane (Lethwei*), règlementée au 11ème siècle.

 

La pratique des moines

       Parallèlement aux pratiques des différentes ethnies, les moines birmans ont développé des méthodes axées sur les concepts d'autodéfense et de non-violence. Elles affichent de fortes valeurs humaines et sociales, tels, le respect des autres, l'équilibre personnel, l'harmonie avec les proches et avec l'environnement. 

       Chez les moines, du 3ème siècle, le terme Thaing signifie "autodiscipline", "autodéveloppement" et  "autoréalisation".  Au 12ème siècle, il signifie "self-défense" et  "autoprotection". Au 20ème siècle, on lui accorde la notion de "système de self-défense". Le "th" de "Thaing" est prononcé avec la langue entre les dents, comme le « th » de l'anglais "thing ". Le "aing" est prononcé comme le "ein" allemand.




Les formes de pratique

       Les différentes pratiques du Thaing peuvent s'expliquer par le schéma de quatre axes. Dans l'axe vertical : le style haut et le style bas. Dans l'axe horizontal : le "système dur" et le "système doux".
- Le système dur est caractérisé par des techniques puissantes et destructrices, car son utilisation consiste à neutraliser l'opposant par un mode risquant de provoquer des dégâts corporels.
- Le système doux est caractérisé par des techniques avec contrôle de sa propre énergie, l'objectif étant de minimiser les dégâts occasionnés à l'adversaire. Ce mode ne signifie ni faiblesse ni lenteur mais « maîtrise de ses actes ». Un grand expert du système doux doit être fort, rapide en mouvement, alerte mentalement et hautement instruit dans les arts martiaux.
- Le style haut est déterminé généralement par le « contrôle de ses propres émotions » pendant l'opposition. C'est le niveau de la discipline mentale qui détermine la nature du style (haut ou bas) et donc la nature de l'action ou de la réaction.
- Le style bas concerne le combattant qui ne contrôle pas son état émotionnel (la colère, l'orgueil, la rage, la vengeance, la peur, la haine, la honte, etc.). Les techniques sont violentes et ses actes sauvages.
       Le Thaing prôné par les moines depuis deux millénaires développe le style haut.


Le Thaing d'aujourd'hui

       Aujourd'hui, le Thaing est un « système martial » et non un « art martial ». C'est-à-dire un complexe de combat regroupant différentes pratiques martiales originaires de Birmanie avec ou sans armes. Il est plus généralement connu sous l'appellation générique de « Bando ». En effet, le pratiquant de Thaing aborde le travail à mains nues (Bando), la lutte au corps à corps (Naban), le maniement des armes (Banshay), le pugilat (Lethwei), les formes internes - techniques énergétiques et mentale - (Min-zin), le système du moine (Pongyi-thaing), le yoga birman (Bando-yoga : Dhanda-yoga, Longi-yoga et Letha-yoga)], les soins de l'esprit et les soins du corps (massages et traitement par les plantes).

       Aujourd'hui, le terme Thaing est associé à de nombreux courants de pratique en Birmanie, d'où son appellation de « Système Thaing ». Ainsi trouve t-on en Birmanie, de nombreuses écoles aux pratiques diverses et spécifiques, ce qui fait la richesse du Thaing. Nous trouvons, le « style shan » (Shan thaing), style martial influencé par la culture chinoise - le « style du serpent » (Neganadai thaing) - l' « école du chemin opposé » (Pyompya thaing) où prédomine les techniques circulaires et des formes animales comme le singe, le scorpion, la panthère, le buffle et le cobra. C'est un style très proche des pratiques chinoises. Il utilise des stratégies surprenantes et rares. Tels des blocages circulaires et des coups de poing mélangés avec des saisies - le « style royal » (Nan twin thaing), etc. Mais de nombreux style sont pratiqué dans le monde avec des attaches plus ou moins proche des pratiques originelles du Myanmar. ,  



Le néologisme "Bando"

       Par contre, le terme Bando serait d'origine chinoise pour certains, pour d'autres, indienne voire tibétaine. Son appropriation serait plus récente que le mot Thaing*. Le terme "Bando" aurait été utilisé par le moine Amarapura Sayadaw en 1911, du monastère de la cité des Moines, au nord de la Birmanie. Il tirerait ses origines d'un ancien mot pali (indien). Il signifie « art du combat à mains nues ». Sa véritable graphie est « Bun dho » (art du combat à mains nues). , et se prononce « Bawn'doh » en anglais.


Le répertoire des pratiques du guerrier birman

       Le premier répertoire des pratiques guerrières birmanes date du 6ème siècle après J.C. Les disciplines ancestrales sont les suivantes :
1. Le combat avec les animaux (éléphant, cheval, buffle, chien),
2. Le combat du soldat à pied avec armes diverses : arc, arbalète, sabre, lance, dague, bouclier (Banshay*),
3. Le travail de la lutte (Naban*),
4. Le travail de la boxe à mains nues (Lethwei*),
5. La self-défense (Bando*),
6. Le développement physique (Bando-yoga*),
7. La médecine des herbes et des plantes,
8. Les techniques de massage,
9. La préparation mentale, les soins de l'esprit et le développement énergétique (Min-zin*).



Les termes Thaing et Bando

       Aussi, citer l'ensemble des disciplines regroupées dans le système complexe, qu'est le Thaing, peut sembler difficile à prononcer. Enfin le terme le plus connu est Bando, même si cette appellation ne désigne que la pratique mains nues, il semble être le plus facile à véhiculer. D'ailleurs, outre atlantique, c'est le choix qui a été fait. Que ce soit pour la pratique martiale, comme pour la partie sportive puisque l'on parle de Bando Kick Boxing (partie pugilistique).

       Le terme Bando, est un néologisme plus pratique à utiliser que le terme Thaing. Sa terminaison « do », sonne de la même manière que pour la plupart des arts martiaux extrême-orientaux. Ce qui est un avantage pour la promotion de la discipline. Il sert à désigner deux types de notion :

               1. Il désigne, d'abord, le « travail martial à mains nues » (la self-défense, les formes animales et les autres techniques martiales). Suivant les origines ethniques des techniques, on parle de Bando birman, de Bando kayin, etc., comme on parle de Lethwei* kachin ou de Lethwei* karen.
               2. Il remplace le terme Thaing, afin de désigner l'ensemble des pratiques martiales birmanes.

       Le premier sens du mot Bando est plus approprié pour désigner l'« art du combat à mains nues ». Quant au terme Thaing, il désigne avantageusement l'ensemble des arts martiaux originaires du Myanmar
>Haut de Page<    [Accueil]    [Webmestre]    [Mentions légales]    [Copyright]    [Plan du site]   
Un site Xsalto 2005